Où va la France ?

Vous avez tous dû entendre parler de la perquisition chez Mélanchon et de la violence de sa réaction. C’est un bon exemple, quoi qu’un peu virulent, de l’ambiance générale en France, dont j’ai récemment eu deux aperçus.

Hier, en me rendant à la Caisse d’Allocations Familiales dans l’espoir de pouvoir toucher le RSA avant de trouver un emploi, je me suis retrouvée bloquée par un barrage de police à 100m de ma destination. Le temps que la télévision arrive, j’avais plus ou moins saisi le problème : deux types venaient de se faire canarder à la Kalach devant le service pénitentiaire d’insertion et de probation, pas loin d’un lycée (je vous laisse tirer vous-même les conclusions de cette proximité géographique…) Bilan des courses : un mort et un blessé, et moi qui suis rentrée bredouille chez moi, effarée que la violence armée touche désormais la petite ville bourgeoise d’Aix-en-Provence 🙁 Si j’avais été plus efficace ce matin-là, je me serais peut-être pris une balle perdue…

Et puis aujourd’hui, je suis allée à la poste pour envoyer un recommandé à ces abrutis du RSI (parce qu’apparemment je dépends toujours d’eux pour l’assurance maladie). Il faut savoir que la poste de mon quartier n’ouvre que le matin de 8h30 à 11h30, et qu’il n’y a qu’une préposée. Évidemment, une petite queue est déjà formée lorsque j’arrive, 4-5 personnes, rien de dramatique. La préposée est gentille, peut-être même trop car elle se laisse envahir par une cliente qui n’a apparemment parlé à personne depuis une semaine et qui lui raconte à quoi vont servir les 40 Euros qu’elle veut retirer de son compte-épargne sur lequel il ne reste que 160 Euros. Cela m’attriste, mais pas autant que ce que ça m’irrite de la voir monopoliser la préposée pendant 10 minutes. Bref, arrive le tour du client suivant (devant lequel était d’ailleurs passée la cliente bavarde en s’excusant à peine…) et entre dans le bureau un homme avec des béquilles. Un panneau annonce que les handicapés sont prioritaires, alors je sais que je vais devoir patienter un peu plus. Comme convenu, la préposée fait passer l’homme devant le reste des clients (entre temps la queue a triplé) et ça râle un peu, mais pas trop. Le monsieur présente à la préposée une facture (de je ne sais quoi) en lui expliquant qu’il ne comprenait pas pourquoi sa femme n’avait pas pu la payer à sa place et pourquoi la Poste l’obligeait donc à venir la payer en personne alors qu’il avait des problèmes de mobilité. ‘C’est la règle’ lui répond la préposée. ‘Montrez-moi une pièce d’identité.’ L’homme présente son permis de conduire. ‘Ah, mais monsieur, depuis le mois de mars 2018, le permis de conduire n’est plus une pièce d’identité. Avez-vous une CNI ou un passeport ?’ Le mec n’en revient pas : il est là pour payer – PAYER ! – une facture, et il faut qu’il prouve son identité ? La préposée n’en démord pas, son chef lui apporte l’article de loi qu’elle agite sous le nez du pauvre client déconfit qui cherche partout sa CNI, en vain. L’homme est furax : il veut attaquer la Poste en justice ! A quoi bon ?

Pas étonnant que les gens deviennent tellement agressifs dans ce pays : entre la violence physique des uns, la violence verbale des autres, la violence routière et la violence administrative, il y a vraiment de quoi se prendre la tête 🙁

2 thoughts on “Où va la France ?

  • October 18, 2018 at 7:51 AM
    Permalink

    À la lecture de ton nouvel article, je ne peux m’empêcher de repenser à ton amie française de Vancouver qui doutait de mes propos un jour où je disais que Marseille était une veritable jungle. Selon elle, c’était moi qui avais un problème et qui étais d’une intolérance crasse, t’en souviens tu ?…
    Je ne peux donc que me réjouir (façon de parler, hein !) que tu sois désormais témoin de ce que nous vivons régulièrement ici et de cette ambiance délétère dont je te parlais avant que tu n’arrives… Triste, mais réaliste.

    Reply
    • October 18, 2018 at 7:55 AM
      Permalink

      Oui je m’en souviens bien. Hélas… loin des yeux, loin de la raison 🙁

      Reply

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *